SITE OFFICIEL

Conseils en cas de Pluie / Inondation

Sensibilisation des populations aux phénomènes et aux bons comportements à adopter en cas de pluies méditerranéennes intenses.

Les pluies méditerranéennes intenses

La commune de Puget-Ville, située sur le pourtour méditerranéen, est exposée à des épisodes de pluies intenses (également appelés épisodes cévenols) pouvant conduire à des crues soudaines : l’équivalent de plusieurs mois de précipitations tombe alors en seulement quelques heures ou quelques jours. Ces épisodes de pluies méditerranéennes se produisent principalement de septembre à la mi-décembre.

Pourquoi de telles inondations dans l’arc méditerranéen?

Contrairement au nord de la France qui connaît surtout des crues lentes, la région de l’arc méditerranéen est concernée par la formation de crues soudaines consécutives à des averses violentes. Plus de 100 mm de pluies (100 litres au m2 ) peuvent ainsi s’abattre en une heure ou deux. Avant que l’eau ne parvienne aux cours d’eau, des phénomènes brutaux de ruissellement peuvent survenir. En milieu rural comme en zone périurbaine, des vallons secs peuvent se transformer en torrents. En ville, ces ruissellements peuvent dévaler des rues en pente et peuvent également s’accumuler dans les zones basses, notamment dans les passages inférieurs routiers ou piétonniers.

Quel lien avec le changement climatique ?

Pris de manière indépendante, les événements naturels ne peuvent être directement attribués au changement climatique, mais les recherches montrent que le changement climatique modifie la fréquence et l’intensité de certains d’entre eux. Les forts cumuls de pluie sont de plus en plus fréquents sur le pourtour méditerranéen.

 

Quel est le bon comportement en cas de risque ?

En cas de risque pluie-inondation, le ministère de l’environnement rappelle les consignes suivantes :

  • Je m’informe en écoutant la radio ;
  • je ne prends pas ma voiture et je reporte mes déplacements ;
  • je ne m’engage pas sur une route inondée, en voiture comme à pied ;
  • je m’éloigne des cours d’eau et je ne stationne pas sur les berges ou sur les ponts ;
  • en cas d’orage, je m’abrite dans un bâtiment et surtout pas sous un arbre pour éviter un risque de foudre ;
  • je ne descends pas dans les sous-sols et je me réfugie en hauteur, en étage ;
  • je me soucie des personnes proches, de mes voisins et des personnes vulnérables ;
  • je ne vais pas en cas d’inondation chercher mes enfants à l’école, ils sont en sécurité.

 

 

Quel est le coût économique des inondations ?

Les risques d’inondation, sous leurs différentes formes, ont un coût : la sinistralité moyenne pour l’ensemble des catastrophes naturelles (non auto) est de 936 millions d’euros par an, dont 526 millions d’euros par an pour les inondations (source : Caisse centrale de réassurance).

D’ici 2050, ces montants pourraient être multipliés par 1,5. Ceci renforce la nécessité d’une politique de prévention efficace.